• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Projets en cours

Projets en cours, expertises scientifiques collectives, prospectives, études, menés par la DEPE

Colloque de restitution. © Inra, MAITRE Christophe
Mis à jour le 03/09/2018
Publié le 26/12/2016

ESCo : Propriétés nutritionnelles, sensorielles, sanitaires et technologiques des produits animaux en fonction des conditions d’élevage et de transformation des produits

Faisant suite à l’expertise « Rôles, impacts et services issus des élevages européens » réalisée en 2016, cette expertise questionne d’une part la différenciation des caractéristiques sensorielles, nutritionnelles, technologiques et sanitaires des produits animaux en fonction des conditions d’élevage et, d’autre part, la façon dont ces caractéristiques sont conservées, modifiées, dégradées ou améliorées lors de la transformation des produits. Elle est réalisée avec le soutien financier du ministère de l’Agriculture et associe également les ministères de laTransition écologique et de la Santé.

Restitution prévue fin 2019

Prospective : La mer monte

Réalisée par le groupe transversal Prospective d’Allenvi dont la DEPE est co-animatrice.

L’interface terre-mer est un espace fragile soumis à de multiples pressions. La montée généralisée du niveau de l’océan apparaît aujourd’hui comme une des pressions majeures dont l’ampleur et les effets à terme sont difficiles à anticiper. Si les causes sont encore incomplètement analysées et comprises, les impacts sont déjà observables et les projections laissent à penser qu’ils risquent d’être bientôt considérables sur le trait de côte, l’habitat, les infrastructures, l’agriculture, le tourisme...
Cette prospective sur les conséquences de l’élévation du niveau de la mer a débuté en juin 2017, elle est portée par le GT Prospective d’AllEnvi. Dans un contexte de changements globaux, encore largement imprévisibles, des écosystèmes aquatiques et littoraux, elle ouvre des perspectives de réflexion et d’actions communes à tous les acteurs de la recherche française impliqués dans les problématiques liées à l’environnement.

Restitution prévue début 2019

Prospective : La transition numérique

Conséquences sur les pratiques de recherche et d’enseignement en agronomie, environnement alimentation et sciences vétérinaires

La transition numérique est associée à des changements importants – nouvelle puissance de calcul, mondialisation accrue, renforcement d’une société de l’information et d’une économie numérique, etc. Souvent
perçue comme une opportunité, elle pose cependant de nombreuses questions concernant les modifications des pratiques et des métiers de la recherche et de l’enseignement. Elle touche en effet directement la démarche de recherche ainsi que la transmission des savoirs et des savoir faire. Non seulement l’ensemble des processus de recherche se trouve impacté : collecte, stockage et pérennisation de l’information, processus expérimental et modélisation, modes de publication et de diffusion de l’information scientifique… mais le travail et l’environnement de travail du chercheur, outils et infrastructures sont aussi modifiés. Les relations sciences-société sont bouleversées par la disponibilité des données de la recherche, les citoyens devenant de plus en plus acteurs de la recherche sur de nombreux sujets.
Dans ce contexte, Agreenium et l’Inra ont lancé cette prospective visant à anticiper les évolutions engendrées par la transition numérique sur la recherche et l’enseignement en agronomie, alimentation, environnement et santé animale. Elle est pilotée par la DEPE.

Restitution prévue en juin 2019

Etude : Agriculture européenne, changement climatique et sécurité alimentaire mondiale : scénarios d’évolution à l’horizon 2050

Dans le prolongement de l’étude « Système alimentaire Afrique du Nord/Moyen Orient à l’horizon 2050, vers une dépendance accrue aux importations agricoles » réalisée en 2015, cette étude commanditée par l’association Pluriagri vise à examiner les évolutions de la place de l’agriculture européenne dans le monde à l’horizon 2050 en contexte de changement climatique, et de ses performances économiques tant en termes de production qu’en termes de productivité. Les évolutions possibles des systèmes de culture européens sous changement climatique seront renseignés via une analyse de la littérature scientifique. leurs effets sur les équilibres emplois/ressources des produits agricoles de chacune des régions du monde seront simulés à l’horizon 2050 au moyen du modèle de bilan matière GlobAgri développé dans le cadre de la prospective Agrimonde Terra (Inra-Cirad).

Restitution prévue Automne 2019

Etude : 4 pour mille

Potentiel de l’agriculture et de la forêt françaises en vue de l’objectif d’un stockage de carbone dans les sols à hauteur de 4 pour mille

L’initiative « 4 ‰ sur les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » propose d’augmenter chaque année d’un quatre millième le stock de carbone présent dans tous les sols du monde afin de compenser les émissions anthropiques de CO2. La présente étude vise à évaluer la capacité de la France à atteindre l’objectif fixé, en précisant le potentiel de stockage des sols agricoles et forestiers français. Elle repose sur un bilan des connaissances scientifiques relatives au stockage de carbone dans les sols et cherche à évaluer, par simulation, un ensemble de pratiques agricoles et de modes de gestion sylvicole visant à accroitre la teneur en carbone des sols sans augmenter les émissions directes et indirectes de GES. Ce volet de simulation se déroulera en deux temps : (i) une évaluation agronomique des effets des pratiques retenues, et (ii) une évaluation économique tenant compte des évolutions des systèmes de production que rendrait nécessaire la combinaison des pratiques unitaires évaluées, ainsi que les possibles modifications des assolements que ces évolutions pourraient induire. Les impacts spatialisés des pratiques selon les sols et les systèmes de culture seront analysés afin de produire des restitutions à une échelle régionale et nationale.

Cette étude est pilotée par l’Inra et a été commanditée par l’Ademe et le ministère de l’Agriculture.

Restitution prévue en 2019