L’Inra mobilisé dans les Etats généraux de l’alimentation

L’Inra mobilisé dans les États généraux de l’alimentation

Atelier 8 : assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation

Les travaux du second chantier des États généraux de l’alimentation sont axés sur le thème de l’alimentation saine, sûre et durable. Parmi les six ateliers de ce chantier, un représentant et trois experts de l’Inra apportent leur contribution à l’atelier 8 : assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation française dans une économie agroalimentaire mondialisée et dans un contexte de changement climatique tout en prévenant les contaminations chimiques.

Mis à jour le 29/09/2017
Publié le 25/09/2017

Le représentant permanent de l’Inra

Jean-Luc Guérin est professeur à l’ENVT (École nationale vétérinaire de Toulouse), et est rattaché à l’UMR IHAP (Interactions Hôte – Agents Pathogènes), Centre Occitanie-Toulouse. Lire une interview sur quelques-uns de ses travaux sur la grippe aviaire.

Suppléant : Jean-Pierre Cravedi est Directeur d’unité adjoint de la structure Département Alimentation Humaine, et chef de département adjoint de la structure Alimentation Humaine. Il est rattaché à l’UMR TOXALIM, à Toulouse. Quelques-uns de ses travaux : l'Anses publie son rapport sur les risques pour la santé humaine liés au bisphénol A.

Nos experts

Christian Mougin travaille à l’UMR Ecosys, à Grignon sur l’écotoxicologie des sols et des déchets, le développement de biomarqueurs, la biotransformation et le devenir des xénobiotiques dans les sols, les microorganismes et les plantes.

  • Un livre : Le sol - Une merveille sous nos pieds
  • Quelques-uns de ses travaux : quels impacts des cyanotoxines présentes dans les eaux d’irrigation des cultures ?
  • Mieux comprendre l’écotoxicologie

Bruno Le Bizec de l’UMR LABERCA, centre Inra Angers-Nantes. Il est la référence internationale sur l’exposition aux résidus et contaminants chimiques via les aliments (exposome).

  • Le LABERCA est une unité de recherche de l’École nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation Nantes Atlantique (Oniris). 
  • Des travaux effectués au LABERCA sur le lait maternel et contaminants chimiques

Jeanne-Marie Membré du Secalim (rattaché au centre Inra Pays de la Loire), travaille sur l’appréciation du risque sanitaire pour le consommateur et l’évaluation de la pertinence des options de gestion de ce risque. Elle est force de proposition et d’organisation du groupe de travail « européen » portant sur l’intégration des ‘Omiques’ dans l’évaluation du risque microbien.

  • En savoir plus sur le SECALIM (Sécurité des Aliments et microbiologie)
  • Elle participe à la conférence Q-safe sur l’appréciation des risques en juin 2017 et introduit le concept de quantification du risque microbiologique dans les denrées alimentaires (QMRA)
  • REDLOSSES : réduire les pertes alimentaires par la prédiction de l’altération