• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Deux nouveaux présidents pour les centres Inra en Île-de-France

Le 1er septembre 2017, Camille Michon a pris la tête du centre Inra Île-de-France – Versailles-Grignon.  Le 1er octobre 2017, Thierry Pineau est devenu président  président du centre francilien de Jouy-en-Josas et délégué régional de l’Inra pour la Région Île de France.

Camille Michon et Thierry Pineau, présidents des centres Inra franciliens © NICOLAS Bertrand
Mis à jour le 26/10/2017
Publié le 26/10/2017
Mots-clés : saclay - nomination

Deux présidents, une étroite collaboration

Camille Michon, chercheuse et enseignante en Sciences des Aliments, a ensuite consacré sa carrière à des projets collectifs, avec ces deux dernières années la délégation régionale Inra pour l’Île-de-France et le projet « Saclay » volet Inra.  Au 1er septembre 2017, elle se voit confier la présidence du centre Île-de-France - Versailles-Grignon. Elle travaille déjà en étroite collaboration avec Thierry Pineau, son homologue à Jouy-en-Josas et nouveau délégué régional Inra pour l'Île-de-France, et avec Laurent Hémidy, auquel elle a succédé, et qui est désormais en charge du lien avec AgroParisTech sur le volet immobilier du projet « Saclay ».

Portrait >

Thierry Pineau a pris les fonctions de président du centre de recherche Inra Île-de-France-Jouy-en-Josas et de délégué régional Inra au 1er octobre 2017, après un parcours de chercheur en toxicologie et de directeur de collectifs et grands projets dans le secteur de la santé animale. Il succède à Benoit Malpaux, nommé directeur des ressources humaines de l'Inra.

Portrait >

Le Président de la République, Emmanuel Macron s'exprimant à Saclay le 25 octobre 2017 © VINZANT Sandrine

Saclay : Deux pôles complémentaires et des transversalités

Au terme d’une visite à Saclay,  le 25 octobre 2017, au cours de laquelle il a inauguré l’Institut de Mathématiques d’Orsay et Centrale Supélec, le Président de la République, Emmanuel Macron, a salué, s’adressant à toute la communauté académique du plateau de Saclay « un des cœurs battants de la recherche française ».  Emmanuel Macron a ensuite  annoncé la création de deux pôles complémentaires liés par des transversalités. D’une part, une "université de recherche intensive intégrée, portant la marque 'université Paris-Saclay', dont l’université Paris-Sud est la pierre d’angle" ; d’autre part, une alliance de grandes écoles entre "Polytechnique, l’Ensta ParisTech, l’Ensae ParisTech, Télécom ParisTech, Télécom SudParis" devra évoluer vers un MIT ou une EPFL à la française.

L’Inra (de nombreux chercheurs et personnels des deux centres franciliens devraient rejoindre le plateau en 2021), le CEA, le CNRS, l’Inria, l’EHESS… assureront « la solidarité organique du plateau et le lien avec la communauté scientifique internationale ». Ils constitueront le « ciment des deux pôles » a-t-il précisé. « Je fais le pari qu’un tel écosystème fera éclore une licorne », avec une efficacité décuplée. « Avec l’Inra et AgroParisTech, la recherche agronomique trouvera les moyens de se déployer ».