• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Le Centre Internationational de Ressources Microbiennes (CIRM), collection de levures à Grignon. © MAITRE Christophe

Ressources génétiques et biologiques

Mis à jour le 08/03/2018
Publié le 13/06/2013

Les ressources génétiques étudiées et préservées par l’Inra rassemblent les espèces, variétés, souches issues des actions de l’homme dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi que des ressources isolées dans l’environnement. Afin de maintenir un large choix de ressources pour l’avenir et pour les besoins de ses recherches, l'Inra a constitué de nombreuses collections de ressources génétiques végétales, microbiennes et animales ou isolées de sols. Il s'implique dans la constitution de centres de ressources biologiques et participe à la préservation et l’exploration de la biodiversité pour la valoriser sans l’épuiser.

Zoom à 360° sur les ressources génétiques présentées sur le stand Inra au Salon international de l'agriculture du 24 février au 4 mars 2018.

Préserver, explorer la biodiversité, la valoriser sans l’épuiser

Détenteur de collections importantes, notamment pour les grandes espèces agricoles, l’Inra s’est associé dès les années 2000 à la mise en place des centres de ressources biologiques (CRB) en lien avec les autres instituts de recherche et d’enseignement supérieur et les ministères concernés.

Constituées, avec une vocation scientifique, depuis plus de 50 ans, les collections de l’Inra et de ses partenaires intègrent une large part de la diversité des espèces utilisées en agriculture ou présentes dans l’environnement en lien avec les activités agricoles. Elles rassemblent des populations issues de la domestication et  leurs apparentées sauvages. Ces collections reflètent l’ensemble des recherches menées au sein de l’Institut et sont aussi représentatives de l’histoire de l’agriculture. Elles illustrent les différentes valeurs que l’on peut attribuer à la biodiversité, aussi bien en termes de recherche ou de sélection qu’en intérêt patrimonial ou historique.

En tant qu'organisme de recherche public, l’Inra participe à l’exploration et la préservation de la biodiversité et des ressources génétiques dans le cadre des politiques nationales et des conventions internationales. L’investigation de la dimension ‘variabilité génétique infra-spécifique’ de la biodiversité constitue un domaine de recherche d’excellence pour l’Inra, qui bénéficie de riches bases de données développées en propre ou en partenariat.

Des activités inscrites dans une stratégie nationale

Ses actions sont développées en cohérence avec la stratégie nationale pour la biodiversité pilotée par le ministère en charge de l’Écologie, et avec la politique nationale pilotée par le ministère chargé de l’Agriculture pour les ressources génétiques. Les recherches de l’Institut sur la caractérisation et la gestion des ressources génétiques s’inscrivent dans la stratégie nationale portée par le ministère chargé de la recherche, elles sont menées en relation avec l’ensemble des organismes de recherche concernés, membres de la Fondation pour la recherche sur la Biodiversité (FRB). La FRB a mis en place un portail sur les systèmes d’information des collections françaises - RGScope - dans le cadre de l’infrastructure EcoScope qui intègre le Pôle National de Données sur la Biodiversité mis en place en 2018.

Vers une professionnalisation croissante de la gestion de ressources biologique

Après une phase d’inventaire extrêmement large, l’Inra a engagé des efforts importants pour rationaliser son dispositif et le doter de moyens conséquents, avec l’objectif d’aller vers une professionnalisation croissante de la gestion des ressources biologiques auprès des unités de recherche concernées. Ainsi, la grande majorité des CRB ont obtenu un label national délivré par le GIS IBiSA qui représente les instituts de recherche français travaillant dans les sciences de la vie.

Pour les plantes cultivées, la priorité a été donnée à des collections d’espèces modèles (Arabidopsis thaliana et Medicago truncatula) ainsi qu’à plusieurs collections de plantes cultivées d’importance majeure pour lesquelles l’Inra assure la coordination de projets de recherches et la plupart du temps également celle des réseaux de conservatoires à l’échelle nationale, européenne, voire internationale : céréales à paille, vigne, Malus, Prunus, agrumes, solanacées et légumineuses à graines. Récemment, l’Inra s’est associé au Cirad, à l’IRD, à Montpellier Supagro et à la Région Languedoc Roussillon pour soutenir l’émergence d’un pôle national sur les ressources génétiques végétales à Montpellier.

Concernant les ressources biologiques forestières, trois unités de recherche et 3 unités expérimentales de l’Inra s’organisent depuis 2015 pour mettre en place un Centre de Ressources Biologiques Forestières, certifié ISO 9001. Les ressources biologiques conservées dans ce cadre ont un intérêt patrimonial et/ou pour les recherches menées par l’Inra afin de répondre aux enjeux de l’adaptation des forêts au changement climatique et au maintien de leur diversité.

Pour les animaux, l’Inra participe de façon très active au développement de la cryobanque nationale depuis 1999 et coordonne le réseau de Centres de ressources biologiques sur les animaux domestiques (CRB-Anim), infrastructure nationale retenue au titre des investissements d’avenir en 2012.

Pour les microorganismes, l’Inra regroupe ses collections sur cinq sites thématiques - levures à Jouy-en-Josas, champignons filamenteux à Marseille, bactéries alimentaires à Rennes, bactéries pathogènes des animaux ou des humains à Tours et bactéries associées aux plantes à Angers - au sein du Centre international de ressources microbiennes (Cirm). Ce CRB est labellisé IBiSA depuis 2008, plateforme nationale stratégique par la Commission nationale des outils communs (CNOC) de l’Inra depuis 2013 et participe au projet Biobanques soutenu pour 10 ans par les investissements d’avenir.

Pour les ressources environnementales, l’Inra met en réseau depuis 2015 des collections portant sur les consortiums de microorganismes (présents dans les milieux naturels comme les sols et les eaux douces), les invertébrés (notamment les nématodes parasites de plantes et de vertébrés, ou entomopathogènes, les insectes et les acariens) et les vertébrés (petits mammifères et tissus de poissons).
Parallèlement, deux centres sont spécialisés dans les ressources génomiques : le CNRGV (Centre national des ressources génomiques végétales) situé à Toulouse et le CRB @BRIDGe (Animal Biological Resources for Integrative and Digital Genomics) pour le domaine animal, à Jouy-en-Josas. Ces deux centres sont labelisés IBiSA (instance inter-organimes).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Michèle Tixier-Boichard, adjointe au directeur scientifique Environnement, en charge de Biodiversité et ressources génétiques
  • Anne-Françoise Adam-Blondon, en charge du "pilier" Végétal de RaRe
  • Michel Verger, en charge du "pilier" Forêts de RaRe
  • Serge Casaregola et Sophie Roussel, en charge du "pilier" Microorganismes de RaRe
  • Christian Mougin, en charge du "pilier" Environnement de RaRe

Qu'est-ce qu'un centre de ressources biologiques ?

Les "centres de ressources biologiques" (CRB) sont nés à l’issue des travaux menés au niveau mondial par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Ce sont des centres spécialisés qui rassemblent, valident, étudient, sécurisent et distribuent des collections d’organismes biologiques vivants (semences, greffons, souches...) et des parties "réplicables" de ces organismes (banques d'ADN, plasmides…) dans des conditions rigoureuses de qualité et de traçabilité ; ils maintiennent aussi les bases de données associées à ces collections. Ils partagent ainsi le même métier : collecter, conserver, caractériser et distribuer les ressources génétiques. Les CRB sont des éléments essentiels du dispositif international de recherche, notamment dans le domaine des biotechnologies, du biocontrôle et de la santé (exploration pour la recherche de médicaments).

L'Inra gère ou co-gère 28 centres de ressources biologiques (CRB)
dont 15 pour le végétal, 1 pour les forêts, 3 pour l'animal (fédérés par le CRB-Anim à Jouy-en-Josas), 5 pour les microorganismes (fédérés par le CIRM), et 4 pour l'environnement dont le CRB fédérateur BRC4Env situé à Versailles.

Ressources génétiques : localisation des 28 centres de ressources biologiques (CRB) gérés ou co-gérés par l'Inra. © Inra, GAVALDA Véronique
Ressources génétiques : localisation des 28 centres de ressources biologiques (CRB) gérés ou co-gérés par l'Inra © Inra, GAVALDA Véronique

RaRe

L’infrastructure nationale rassemblant les CRB en lien avec la recherche agronomique

Conscient de l’atout que représentent les CRB pour la recherche et le futur de l’agriculture, de l’élevage, de la forêt et de l’alimentation, l’Inra avec l’appui du Cirad, de l’IRD, du CNRS, et des établissements d’enseignement supérieur agronomique ou vétérinaire, a suscité la candidature d’une nouvelle infrastructure nationale rassemblant tous les CRB de ressources agronomiques. Dénommée RARe, cette infrastructure a été admise sur la feuille de route nationale du MESRI en 2016. Des moyens importants sont ainsi mobilisés (22 millions d’Euros). Pour une meilleure visibilité internationale, son acronyme anglais est devenu  AgroBRC-RARe, tel que repris sur son site web www.agrobrc-rare.org.

RaRe permet d’augmenter la visibilité et les collaborations nationales et internationales des ressources et donc leur usage, de renforcer leur valorisation scientifique, d’harmoniser les pratiques et de susciter des synergies entre CRB via le partage d’expériences ou d’outils.

L’infrastructure est organisée en 5 piliers, multipartenaires, avec un fort engagement de l’Inra :

  • CRB Plantes : 17 CRB dont 15 gérés ou co-gérés par l’Inra, 500 espèces végétales, 217 826 échantillons (graines, pollens…) et 22 millions de fragments ADN
  • CRB Forêts : 1 CRB géré par l’Inra, 12 espèces, 10 000 échantillons
  • CRB Anim (animaux): 5 CRB dont 3 gérés ou co-gérés par l’Inra, 21 espèces animales, 550 000 échantillons (sperme, embryons, tissus…) et 1,8 millions de fragments d’ADN.
  • CIRM Ressources microbiennes : 5 CRB gérés par l’Inra, 22 000 isolats microbiens (bactéries levures, champignons)
  • BRC4Env Ressources environnementales : 4 CRB gérés ou co-gérés par l’Inra, 13 000 échantillons de sol, 200 000 tissus ou écailles de 26 espèces de poissons d’eau douce, 130 souches vivantes d’insectes parasitoïdes appartenant à 15 espèces.
Les ressources génétiques. © Inra

Pour aller plus loin