Journée du GIS CAS Changements d'affectation des sols, 27 mars 2017

Un panorama des connaissances sur les changements d’affectation des sols et leurs impacts

Au cours d’une journée scientifique et technique tenue le 27 mars 2017 à Paris, le Groupement d’intérêt scientifique sur les Changements d’affectation des sols (GIS CAS) a fait le point sur l’ensemble des études qu’il a menées ou auxquelles il a pris part depuis son lancement en 2014.

Mis à jour le 19/04/2017
Publié le 18/04/2017

Le GIS CAS, co-présidé par l’Inra et l’Ademe, réunit autour de la thématique des changements d’affectation des sols et de leur rôle dans les évaluations environnementales, le ministère en charge de l’Agriculture (MAAF), le ministère en charge de l’Environnement (MEEM), l’Ademe, l’Inra et, l’Etablissement national des produits de l’agriculture et de la mer (FranceAgriMer). Il a pour mission d’aider à l’analyse des effets des politiques publiques, des contextes socio-économiques et climatiques sur les changements d’affectation des sols et les impacts des changements d’affectation sur l’environnement, en vue d’éclairer la décision publique.

Des impacts des changements d’affectation des sols dus aux biocarburants à ceux liés à l’urbanisation ou à l’élevage.

Les premiers travaux menés par le GIS ont fait le point sur les connaissances relatives à l’impact environnemental des changements d’affectation des sols engendrés par le développement, aux dépens de la forêt, des prairies et cultures, des biocarburants de première génération (céréales, colza) puis de deuxième génération (miscanthus par exemple).

Les impacts étudiés depuis le plus longtemps sont les conséquences sur le changement climatique : en effet les sols sont des réservoirs de carbone, stocké dans la matière organique, réservoirs dont les capacités peuvent être fortement modifiées par des changements d’usage ou de pratiques. Plus récemment, d’autres impacts ont été pris en compte : sur la qualité des eaux ou du sol, et, plus rarement, sur la biodiversité.

Les études se sont progressivement intéressées à d’autres réorientations de l’usage des sols : l’urbanisation et l’élevage.

Le colloque a permis de dresser l’état des connaissances réalisé lors de ces différentes études :

  • Séquence introductive : « Pourquoi et comment intégrer les Changements d’Affectation des Sols dans les évaluations environnementales ? » avec une une analyse de la littérature mondiale mettant en évidence les thématiques prises en compte et les types d'impacts examinés, première partie d'une étude menée par l'Inra et l'Ademe ;
  • Session « Politiques françaises sur les Biocarburants, quels effets sur les Changements d’Affectation des Sols et les émissions de gaz à effet de serre (GES) ? » avec une analyse rétrospective par l’Ademe, une approche sur la régionalisation par I-Care & Consult, et les effets des changements d'affectation de sols directs ou indirects dus au développement des biocarburants en France par l’Inra ;
  • Session « Que nous dit la littérature internationale sur les impacts environnementaux du développement des bioénergies ? ». Cette session restituait les résultats d’une étude conduite par l’Inra et l’Ademe ;
  • Session « Le rôle des CAS dans les évaluations environnementales, au-delà des bioénergies », avec une analyse des impacts de la concurrence entre grandes cultures et élevage / systèmes d’élevage par l’Inra et la présentation d’une expertise scientifique collective en cours, menée par l'Inra et l'IFSTTAR sur l’artificialisation des sols (déterminants, impacts, leviers d’action).

Globalement le panorama de ces études met en avant une forte variabilité des résultats mais qui, au-delà des incertitudes scientifiques qui demeurent, peut s’expliquer par les filières étudiées, les paramètres pris en compte dans les études, ou encore les méthodes d’analyse employées.  Les poursuivre permettrait de disposer de conclusions plus précises, d’explorer des voies moins connues ou de proposer des leviers d’actions pour mieux fonder les décisions publiques.

Des pistes pour les futures études

Différentes pistes pourraient ainsi être envisagées pour la suite de ces travaux :

  • Poursuivre l’étude des impacts moins bien connus (sur les sols, l’eau, la biodiversité…) des changements d’affectation des sols induits par les biocarburants, l’urbanisation, ou l’élevage ;
  • Investiguer sur les facteurs causaux des changements d’affectation des sols et sur les leviers d’action pour en limiter les impacts ;
  • Intégrer plus explicitement les changements d’affectation des sols dans les évaluations environnementales.

Ces différentes options feront partie des discussions sur les orientations futures du GIS CAS dont l’échéance du renouvellement est en 2019.

En savoir plus sur le GIS CAS

Lancement d’un GIS pour évaluer les effets des changements d'usage des sols
Communiqué de presse, 27 novembre 2014 >