• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Avis scientifique de l'Inra sur la consommation de viande © B. and E. Dudziński

Quels sont les bénéfices et les limites d’une diminution de la consommation de viande ?

Infographie : Régime moyen d'un français

Régime moyen d'un français d'après l'étude Inca 3 (2014-2015). En France, nous consommons plus de protéines animales que les apports conseillés.

Mis à jour le 04/07/2019
Publié le 25/02/2019

. © Inra, Véronique Gavalda et Pascale Mollier
© Inra, Véronique Gavalda et Pascale Mollier

En France, la consommation moyenne de produits animaux est supérieure aux besoins nutritionnels (étude Inca 3, 2014-2015, ANSES). Environ 28% des français mangent plus de 500 g de viandes rouges par semaine (Credoc, 2013) et dépassent ainsi les recommandations de santé publique. Il est donc possible de diminuer notre consommation de produits animaux sans risque pour la santé. En revanche, certains groupes de populations, notamment les personnes âgées, les enfants et les femmes en âge de procréer, ont des besoins spécifiques en protéines de haute qualité nutritionnelle et en micronutriments (minéraux et vitamines), présents dans les produits animaux et facilement assimilables par l’organisme. La réduction de la consommation de produits animaux doit être accompagnée avec attention chez ces personnes.
De la même façon, l’exclusion totale des produits animaux du régime alimentaire (régime végétalien) demande une bonne expertise en nutrition pour équilibrer le régime (voire le supplémenter) et ne pas induire de déficiences d’apports et de carences en nutriments et micronutriments essentiels, qui peuvent être moins présents dans les produits végétaux et moins bien assimilés par l’organisme.