• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Avis scientifique de l'Inra sur la consommation de viande © B. and E. Dudziński

Quels sont les bénéfices et les limites d’une diminution de la consommation de viande ?

Infographie : Vers un régime français plus durable ?

Deux régimes répondant aux recommandations nutritionnelles, avec un taux d'émissions de gaz à effet de serre moindre et un coût abordable.

Mis à jour le 04/07/2019
Publié le 25/02/2019

. © Inra, Véronique Gavalda et Pascale Mollier
© Inra, Véronique Gavalda et Pascale Mollier

Si le régime alimentaire doit avant tout être sain et couvrir les besoins nutritionnels, il doit aussi être culturellement acceptable, économiquement accessible, avec un impact réduit sur l'environnement. Ce sont toutes ces dimensions qu’il faut cumuler pour répondre aux critères de la durabilité. Or, l’analyse de la diversité des régimes français montre que toutes ces dimensions ne sont pas forcément compatibles. Ainsi, les régimes qui possèdent la meilleure qualité nutritionnelle ne sont pas toujours les plus vertueux en termes d’émission de gaz à effet de serre. En effet, la diminution de produits énergétiques riches en graisses et en sucres doit être compensée par une grande quantité d’aliments de plus faible densité énergétique tels que fruits et légumes, poissons, produits laitiers frais. Or les émissions de GES sont proportionnelles aux quantités ingérées…

Cependant, les chercheurs ont identifié dans la grande diversité des régimes un régime qui réalise le meilleur compromis entre la qualité nutritionnelle et un impact moindre sur les émissions de GES.

Un autre régime, obtenu par modélisation, montre qu’il est possible, à quantité de calories égales au régime moyen actuel, de diminuer de 30% les émissions de GES, l’eutrophisation et l’acidification, tout en respectant toutes les recommandations nutritionnelles, y compris en tenant compte de la biodisponibilité des nutriments (fer, zinc, protéines, provitamine A). Ce régime est acceptable sur le plan économique et culturel, car il ne présente pas de rupture majeure avec le régime moyen actuel.