• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Politique de l’Inra pour le libre accès à l’information scientifique

Signataire de la déclaration de Berlin depuis juillet 2004, l’Inra a multiplié les actions concrètes en faveur du libre accès à l’information scientifique depuis 20 ans. La position institutionnelle, formulée en mai 2016, repose sur sept principes directeurs avec une double ambition.

Política del INRA en favor del acceso abierto a la información científica. © Inra
Mis à jour le 12/06/2017
Publié le 12/10/2016

Outre le libre accès aux publications, l’engagement de l’Inra en faveur de l’ouverture de ses données de recherche s’inscrit dans une double dynamique :

  • Mettre à disposition des données dans un objectif de transparence et de preuve, en appui aux publications scientifiques, pour les citoyens, les journalistes, acteurs de la société civile, ONG… ou dans un contexte de recherche participative ;
  • Réexploiter des données, dans un objectif de création de valeur et d’accélération de l’innovation.

L’Inra s’engage pour les 5 prochaines années à progresser de façon volontariste en faveur de l’accès libre. Cette politique s’appuie sur le décret relatif à l’actualisation des missions de l’Institut, et sur le code de la recherche dans un contexte de mutation de l’édition scientifique et d’affirmation des politiques nationale et européenne en faveur du libre accès à l’information scientifique.

Sept principes directeurs

  1. Le libre accès aux informations issues des travaux de recherche doit être systématiquement recherché.
  2. L’Inra organise le stockage et la valorisation de son information scientifique.
    Les données sont un patrimoine qu’il faut gérer et valoriser.
    "ProdInra" est l’entrepôt de valorisation des publications.
  3. L’interopérabilité des informations est recherchée pour garantir et faciliter leur réutilisation
  4. L’Inra privilégie le libre accès aux publications et aux données dans le respect du droit.
  5. Pour l’évaluation du volet "Publications" de l'activité de ses chercheurs et ingénieurs, les commissions scientifiques spécialisées s’appuieront exclusivement sur les listes de publication et le texte intégral issus de l’archive institutionnelle "ProdInra".
  6. L’Inra s’engage à garantir le stockage des informations numérisées et leur préservation sur le long terme.
  7. Les projets de recherche devront assurer une contribution aux coûts de stockage et de valorisation des données ou frais de publication.

Lire le communiqué de presse >

A télécharger

Politique de l'Inra pour le libre accès à l'information scientifique

Politique de l'Inra pour le libre accès aux publications et aux données. © Inra
Politique de l'Inra pour le libre accès aux publications et aux données © Inra
Libre accès à l'information scientifique (PDF)

A propos de

ProdInra, l'archive ouverte des productions de l'Inra

L'Inra dispose d'un entrepôt pour diffuser les publications en libre accès dans le respect du droit d'auteur et des maisons d'édition. Les scientifiques sont encouragés à y déposer leur texte intégral.

Accès au site >

#OpenScience : une science ouverte grâce au numérique

Open science

Une priorité pour l'Inra

La stratégie de l'Inra à l'horizon 2025 fait de l'OpenScience une de ses huit priorités.

La révolution numérique modifie profondément le travail des chercheurs : de nouvelles questions de recherche vont émerger de jeux de données sans précédent, aujourd’hui disponibles et partagés au sein de la communauté scientifique et avec nos concitoyens. Ce constat invite à imaginer un nouveau partage du travail entre producteurs et analyste de données, à revisiter les modalités d’analyse des données massives et à contribuer à l’essor d’une économie de l’information.

En savoir plus >

Témoignage aux Nations-Unies pour une science plus ouverte

Le 16 septembre dernier, à New-York, Odile Hologne, déléguée à l’Information scientifique et technique à l’Inra, a affirmé l’engagement de l’Institut dans l’ « open-science et l’open data», lors d’une session à la chambre Ecosoc des Nations-Unies où elle représentait l’Inra. Cette session clôturait un sommet du groupe d’experts international Godan qui agit pour promouvoir l’ouverture et le partage de données liées à l’agriculture et l’alimentation et contribuer ainsi à assurer la sécurité alimentaire mondiale.

En savoir plus >