Rapport d'activité 2014. © Inra

L'Inra livre son rapport d'activité 2014

Composé en trois volumes consacrés à l'institut, à ses faits marquants scientifiques et à ses personnels et ressources financières, le rapport annuel permet de lire les résultats et la concrétisation des missions de l'Inra à travers trois prismes complémentaires.

Mis à jour le 24/07/2015
Publié le 09/07/2015

Rapport d'activité 2014 - 1. © Inra
Rapport d'activité 2014 - 1 © Inra

Cahier 1 : Partager notre vision de la recherche agronomique

   Extrait de l’édito de François Houllier (PDG de l’Inra) :

« Depuis 2010, agroécologie et multiperformance de l’agriculture sont deux des sept priorités scientifiques affichées par l’Inra. L’article 1 de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 a consacré leur convergence. En effet, l’enjeu est bien de s’appuyer sur la compréhension du fonctionnement des agroécosystèmes pour concevoir des systèmes de production à hautes performances économiques, sanitaires, environnementales et sociales. [...] La loi d’avenir agricole affirme aussi la nécessité de soutenir la recherche, l’innovation et le développement, et prévoit la création de l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France comme un établissement coopératif destiné à prendre le relais, en l’élargissant, du consortium Agreenium créé en 2009. Durant l’année écoulée, nous avons préparé cette transition qui se concrétise au moment où cet éditorial est rédigé, début avril 2015. [...] De façon plus discrète, 2014 a aussi été consacrée à préparer la contribution de la recherche agronomique française à deux événements internationaux majeurs de l’année 2015 : « Milan 2015 », la première exposition universelle dédiée à l’alimentation ; « Paris 2015 », la 21e conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Dans les deux cas, le choix a été fait de travailler avec nos partenaires présents dans l’alliance AllEnvi. »

Rapport d'activité 2014 : L'institut (vol. 1, PDF)

Rapport d'activité 2014 - 2. © Inra
Rapport d'activité 2014 - 2 © Inra

Cahier 2 : Des solutions pour les générations à venir

   Extrait de l’édito de Olivier Le Gall (DGD aux Affaires Scientifiques) :

« Nous sommes fiers de vous présenter celle-ci parce qu’elle nous semble illustrer la diversité de nos travaux, et leur convergence autour des grands défis auxquels sont confrontés les systèmes agro-alimentaires mondiaux en ce début de XXIe siècle. En effet, les transitions auxquelles la société est confrontée sont majeures en France comme au niveau mondial. La sécurité alimentaire mondiale repose sur une agriculture garantissant les trois piliers de la durabilité, dans un contexte climatique changeant, pour des systèmes alimentaires en transition et pour des usages qui se diversifient. La mission principale de l’Inra est de contribuer à faire face à ces défis par la connaissance, ce bien commun qui est nécessaire tant pour stimuler l’innovation que pour éclairer les politiques publiques, et donc globalement pour contribuer à la recherche de solutions pour les générations à venir. »

  

Rapport d'activité 2014 : Les faits marquants scientifiques (vol. 2, PDF)

  

Rapport d'activité 2014 - 3. © Inra
Rapport d'activité 2014 - 3 © Inra

Cahier 3 : Préserver la dimension humaine

   Extrait de l’édito de Claude Ronceray (DGD à l’Appui à la Recherche) :

« Côté ressources, la baisse de 5 M€ de la « subvention pour charges de service public » versée par l’État est plus que compensée par l’augmentation des ressources contractuelles, de 13 M€, notamment grâce aux bons résultats des équipes de l’Inra dans les appels à projets ANR et Investissements d’avenir. […]
Dans une perspective globale d’érosion des effectifs, le nombre des chercheurs est stable, celui des ingénieurs continue à augmenter (+29), les effectifs de techniciens et agents de catégorie C baissent fortement (-92) : le « repyramidage » des emplois de l’Inra est rapide, mais même à ce rythme la structure d’emploi de l’Institut reste durablement originale par rapport aux autres acteurs de la recherche publique, par la proportion importante de ses ingénieurs et techniciens, qui représentent 78 % de l’effectif titulaire. Le nombre des agents contractuels est désormais stabilisé dans l’établissement, et la politique de recrutement et d’accompagnement de ces agents a été explicitée, après avoir été discutée avec les représentants des personnels, notamment au comité technique. »

Rapport d'activité : Les femmes, les hommes, les ressources (vol. 3, PDF)