Rapport d'activité 2015 Vol 1 L'Institut. © Inra

L'Inra publie son rapport d'activité 2015

Le rapport d'activité 2015 de l'Inra livre les résultats de l'Institut dans une année qui a été exceptionnellement dense. Sa lecture est proposée en 2 volumes complémentaires, le premier consacré à la vie de l'Inra et à ses ressources, et le second axé sur les faits marquants scientifiques.

Mis à jour le 27/10/2016
Publié le 09/06/2016

Première exposition universelle dédiée à l’alimentation, Milan 2015 nous a fourni une occasion unique de présenter les enjeux, de partager l’état des connaissances et de mettre en scène le progrès technique dans notre domaine. L’Inra a ainsi coordonné la participation des membres d’AllEnvi à la scénographie du Pavillon de la France, comme à la cinquantaine de conférences que celui-ci a organisées. À Milan, l’Inra a aussi participé aux événements de la Commission européenne et aux conférences grand public organisées par Agreenium, devenu en avril l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France.

Débutée dès 2014, la préparation de la COP21 a été jalonnée par plusieurs temps forts : le salon international de l’agriculture où nous avons aussi présenté nos recherches sur les sols, compartiment essentiel des interactions entre agriculture et climat ; les conférences scientifiques internationales « L’agriculture intelligente face au défi climatique » (Montpellier, mars 2015) et « Notre futur commun face au changement climatique » (Paris, juillet 2015) ; de nombreux événements dont un colloque franco-chinois « Agroécologie et changement climatique » (Beijing, juin 2015) ; le lancement, le 1er décembre 2015, par le Ministre de l’Agriculture de l’initiative mondiale « 4 pour 1000 ». Avec le Cirad, l’IRD et le CGIAR, l’Inra a contribué à l’élaboration de cette initiative qui vise à accroître la teneur en carbone organique des sols, dans un triple but d’amélioration de leur fertilité, d’adaptation au changement climatique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Au siège de l’Inra et à l’occasion de la publication d’un ouvrage collectif produit par AllEnvi, le Secrétaire d’État à la Recherche a apporté son soutien au volet scientifique de cette initiative.

En 2015, nous avons aussi progressé sur les questions de la sécurité alimentaire : les premiers projets du métaprogramme GloFoodS, conjoint avec le Cirad, ont débuté ; l’étude réalisée avec Pluriagri a pointé les risques qui pèsent sur la Région Moyen-Orient – Afrique du Nord affectée par une forte croissance démographique, une transition nutritionnelle rapide et l’impact attendu des changements climatiques.

2015, une année exceptionnellement dense pour l'Inra

. © Inra
© Inra
COP21, Milan 2015... exceptionnellement dense, cette année aura aussi été marquée par la rénovation du statut de l’Inra, par l’évaluation globale de l’Institut par le HCERES, par l’audit périodique de la Cour des Comptes et par la préparation du renouvellement des orientations de l’Institut à l’horizon 2025. Après la délibération du conseil d’administration le 19 mars 2015, les premières étapes concrètes du projet de campus commun AgroParisTech – Inra à Saclay ont été franchies, avec le début du dialogue compétitif qui aboutira au choix d’un projet début 2017 et avec le lancement des réflexions sur le dispositif d’accompagnement. Enfin, les deux missions que j’ai conduites, « Agriculture – Innovation 2025 » et « Sciences participatives », ont été des aventures collectives différentes mais stimulantes qui concernent des facettes complémentaires de la recherche agronomique. J’espère que l’une et l’autre nourriront pleinement la mise en œuvre de la stratégie nationale de recherche adoptée par le Gouvernement en 2015.

Rapport d'activité 2015, vol 1 (PDF, 5 MO)

Stratégie scientifique, priorités et travaux

. © Inra
© Inra

En 2015, les chercheurs de l’Inra se sont associés avec des collègues de plus de 130 pays pour publier leurs résultats dans plus de 4 000 articles dans des revues scientifiques à comité de lecture. La sélection présentée dans ce cahier a été douloureuse à établir. Nous n’avons pas choisi les articles les plus excellents, selon je ne sais quels critères, mais des travaux qui nous ont semblé alimenter les priorités stratégiques de l’Inra par une Science belle, utile, partagée et responsable.

Belle, parce que la beauté de la connaissance produite est une motivation puissante pour les chercheurs, et pour l’institution.
Utile, parce que les missions de l’Inra sont au service d’une Société dont les systèmes agricoles et alimentaires, en ce début de millénaire, font face à des transitions sans précédent par leur intensité, leur rapidité, et leur interconnexion : démographique, nutritionnelle, des usages de la biomasse, climatique, etc.

Partagée, parce que ces défis ne sauraient se traiter seuls : croisement des disciplines, des échelles, des regards partenariaux...

Responsable, parce que ses recherches traitant de questions de notre quotidien et de notre futur, l’Inra fait sa Science en Société.

Rapport d'activité 2015, vol. 2- Faits marquants scientifiques (PDF)