Quelques figures emblématiques de l'Inra. © Inra, GAVALDA Véronique

Figures de l'Inra

Mis à jour le 13/04/2016
Publié le 16/12/2014

À découvrir dans ce dossier quelques portraits de femmes et d'hommes qui ont contribué à façonner l'Inra depuis 70 ans.

À travers ces portraits et témoignages, des chercheurs, ingénieurs, techniciens livrent leur conception de la recherche, leur attachement à l’Inra et à ses valeurs qu’ils ont souvent eux-mêmes contribué à construire… C’est aussi une agréable façon de découvrir l’histoire de l’Inra et les événements qui ont marqué cette histoire. L'histoire de l'Inra est une aventure scientifique mais aussi humaine...

« Aussi curieux que cela puisse paraître, ce que j'ai aimé dans la recherche, c'est la stimulation de l'imagination par l'échec. Quand vous entreprenez une manip, celle-ci est toujours susceptible d'échouer. […] Vous avez bien sûr de grandes joies quand vous avez découvert quelque chose. Mais cela n'a pas du m'arriver plus de quatre fois dans ma vie ! » Charles Thibault, physiologiste.

« Il s’est trouvé que, dans mes recherches, je cherchais des choses, et quelquefois c’est autre chose que je trouvais. Je ne suis pas la seule, mais je trouve que ça rend très humble […] Moi, je suis contente d’avoir été chercheur, parce que cela m’a empêchée d’être pédante […] » Suzanne Mériaux, directrice scientifique « Environnement ».

« Cette expérience des modèles a beaucoup nourri toutefois mes réflexions sur la façon d’appréhender les problèmes. Elle m’a inspiré une grande méfiance à l’égard des solutions toutes faites (et partielles) et au fétichisme dont elles sont l’objet » Jean-Claude Tirel, économiste.

« Avec les outils toujours plus puissants d’analyse moléculaire, la force de la modélisation mathématique, l’arrivée des nanotechnologies en biologie, l’émergence de la biologie synthétique, les recherches évoluent encore plus vite. Vouloir comprendre ? Oui, mais il faut inventer de nouvelles formes de relations avec la société à partir de questions essentielles : peut-on chercher à tout connaître ? Y-a-t-il des connaissances que l’on doit s’interdire ? ». Jean-Paul Renard, spécialiste du clonage.

« L’Inra nous donne une grande liberté tout en nous guidant vers la recherche finalisée : c’est un réel moteur qui allie science et impact ! » Jean Fioramonti, physiologiste.

Une partie de ces portraits a été rédigée à partir des archives orales de l'Inra.