Edgard Pisani, 1963. © Inra, WEBER Jean-Joseph

Edgard Pisani

Ministre de l’agriculture de 1961 à 1966, Edgar Pisani promeut la Loi d’orientation agricole de 1962, qui, avec la Loi sur l’élevage, oriente le sort de l’agriculture française vers la « modernisation » et l’adaptation aux conditions du marché commun. Dans ce cadre, Edgar Pisani soutient l’Inra et définit les objectifs de son expansion.

Par : Pascale Mollier, d’après Jean Cranney*
Mis à jour le 24/06/2016
Publié le 23/06/2016

Décentralisation : création de quatre nouveaux centres Inra et d’un pôle de recherche en économie

Edgar Pisani œuvre pour la décentralisation et crée quatre nouveaux centres régionaux Inra : Clermont-Ferrand Theix, Dijon, Tours et Grignon, avec un effectif de 30 à 50 chercheurs chacun. Il confie à l’Inra les recherches forestières et hydrobiologiques et favorise la création du centre de Nancy.
Edgar Pisani accélère aussi la mise en œuvre de la « Station centrale de recherches économiques et sociologiques » et l’installe à Paris, en attendant son affectation définitive à Grignon. En 1963, les premiers économistes de l’Inra s’emploient à comprendre les changements structurels de l’agriculture. Ils collaborent avec le tout récent SCEES (service central aux enquêtes et études statistiques), créé en 1957.

Réforme du développement agricole

Mais c’est sur la question du transfert qu’Edgar Pisani insiste lorsqu’il présente l’Inra à Georges Pompidou, alors premier ministre, lors de leur visite du centre de Jouy-en-Josas le 25 novembre 1965.  Il déclare alors « qu’il est nécessaire de constituer ou de renforcer des relais pour assurer le passage dans la pratique des résultats de recherche. Mais l’Inra ne peut assumer seul ce rôle, sans courir le risque de devenir « un monstre ». « La seule solution, poursuit-t-il est donc la création d’instituts techniques, dont le personnel devrait être formé par la recherche, pour garantir la cohésion nécessaire entre l’Inra et ces instituts satellites ».

De fait, différentes structures de développement sont créées  en 1966 :

  • les EDE (Établissements départementaux de l’élevage)
  • le CNEPDA (Conseil national d’études des problèmes de développement agricole)
  • l’ANDA (Association nationale pour le développement agricole, qui assure la gestion financière)

…aux côtés des structures déjà existantes : ICTA (Instituts et centres techniques agricoles) émanant du syndicalisme agricole et des interprofessions, regroupés au sein de l’ACTA (Association de coordination technique agricole, créée en 1956).
Les directions départementales de l’agriculture quant à elles sont créées en 1965 au ministère, tandis qu’apparaissent le corps du génie rural, des eaux et forêts (GREF) et le corps des ingénieurs agronomes, chargés de la diffusion des sciences agronomiques auprès des agriculteurs.

* d’après Jean Cranney, « Inra, 50 ans d’un organisme de recherche », 1996. Inra Ed.

1958-1967 : une période d’expansion à l’Inra

  • Effectif des chercheurs doublé (405 en 1958, 895 en 1967)
  • Budget de l’Inra multiplié par 3,8
  • Part chercheur (affectée au fonctionnement) maximale en 1970.