• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La diversité génétique : une ressource pour l’agriculture de demain

Le Carrefour de l’innovation agronomique du 18 juin 2013 traitait des recherches et pistes d’innovation suscitées par la diversité génétique des espèces végétales et animales utilisées par l’agriculture et l’élevage. Comment ces ressources se sont-elles constituées ? Comment évoluent-elles ? Comment les utiliser pour mieux relever les défis de la croissance démographique et du changement climatique ? Comment les intégrer à la conception d’une agriculture  plus durable et toujours productive ? Le colloque abordait aussi le contexte réglementaire, leur dimension de bien public  et les questions d’accès à ces ressources.

CIAG Diversité génétique du 18 juin 2013, Paris. © Inra, MAÎTRE Christopphe
Par Nicole Ladet
Mis à jour le 11/10/2013
Publié le 24/06/2013

Ce colloque enchaînait quatre sessions suivies d’un débat avec la salle, permettant d’illustrer l’évolution dynamique des ressources génétiques, les méthodes pour leur gestion, les formes d’organisation pour les valoriser et les questions de propriété et d’accès aux ressources, à partir de travaux choisis dans les domaines animal et végétal. (Voir les vidéos)
En concluant le colloque, Michèle Tixier-Boichard, directrice scientifique adjointe Environnement, et Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint Agriculture, ont souligné le rôle de « levier » majeur que représentent les ressources génétiques pour la connaissance et l’innovation.

Préserver ces ressources et utiliser les connaissances pour innover

Les ressources génétiques ont toute leur place dans l'agro-écologie.

Les ressources génétiques sont un domaine d’avenir pour la recherche. Elles ont toute leur place dans l’agro-écologie, cette nouvelle discipline qui vise à l’appropriation par l’agronomie des concepts et méthodes de l’écologie, et qui constitue une priorité des orientations stratégiques 2010-2020 de l’Inra. Elles représentent un potentiel pour la diversification des cultures et pour conjuguer l’amélioration des performances environnementales et économiques de l’agriculture. Le rapport sur l’agro-écologie, remis par Marion Guillou à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, le 11 juin dernier, le soulignait lui aussi.

Les recherches sur les ressources génétiques s’intéressent à tous les niveaux d’organisation de la biodiversité (communautés, espèces, populations, gènes…). De plus en plus, en animal comme en végétal, la distribution géographique de la diversité génétique (du paysage à l’échelle continentale), et l’influence de la gestion des ressources pratiquée par les acteurs sont documentées et étudiées pour mieux comprendre la structuration de la diversité génétique. Produire et gérer des ressources génétiques en agriculture, c’est construire et partager des valeurs. Utiliser ces ressources au mieux suppose de partager des données et des informations entre acteurs des ressources génétiques. Pour l’innovation, le couplage entre sciences agronomiques et sociales permet de passer un nouveau cap. Plusieurs exemples l’ont montré lors de ce colloque : dans la gestion de races locales ou pour la gestion des résistances aux maladies à l’échelle d’un territoire.

L’utilisation et la gestion des ressources génétiques ont un rôle essentiel à jouer dans la résilience des agro-écosystèmes, pour éviter d’atteindre le point de basculement au-delà duquel une érosion drastique de la biodiversité serait observée. Face aux changements du climat, dont l’amplitude devient de plus en plus marquée, la migration est souvent considérée comme LA force évolutive majeure pour permettre aux espèces de s’adapter. Or, la vitesse d’adaptation à l’œuvre en sélection végétale et animale - capables de progrès considérables en l’espace de 30 ans grâce à l’utilisation de la diversité des ressources génétiques - est une voie sans doute insuffisamment explorée. D’autres approches peuvent se montrer fécondes, comme axer le travail de sélection sur l’amélioration des performances d’un groupe considéré comme une entité, au-delà d’une simple somme d’individus.

La génomique et la bioinformatique ont changé l’échelle de description, caractérisation et connaissance des ressources génétiques, de leur diversité et de leur organisation. Le génotypage de milliers de marqueurs permet actuellement d’étudier les traces d’une sélection passée sur une race animale et d’en proposer une interprétation biologique à l’aide des outils de la biologie des systèmes. Pour les races bovines laitières à haute performance, ces analyses montrent par exemple comment l’antagonisme entre production laitière et paramètres de reproduction peut s’observer au niveau des réseaux de gènes. Les progrès des connaissances sur le fonctionnement du génome  pourront peut-être à terme permettre aux futurs travaux de sélection de dépasser ces antagonismes.

Gérer un bien commun

Les ressources génétiques actuelles sont un héritage et un témoignage du passé (domestication, agriculture, industrie alimentaire) en même temps qu’une source de connaissance et d’innovation pour le futur. Au plan international, elles ont été reconnues comme un patrimoine commun de l’humanité (Rio 1992).  Depuis, le statut juridique et économique des ressources génétiques est mis en débat, avec la coexistence de quatre conceptions : bien public national ou global, versus bien privé ou commun. La valeur de la biodiversité, l’accès aux ressources elles-mêmes et aux informations sur ces ressources, le partage des avantages découlant de leur utilisation, restent des questions centrales pour la gouvernance nationale et internationale de la biodiversité.

L’Inra mène une réflexion pour rendre publiques ses données de recherche, d’autres initiatives ont déjà vu le jour, telles celle du GEVES pour partager l’information des essais conduits pour mesurer la valeur agronomique et technologique des variétés inscrites. Le partage des avantages et l’accès aux ressources, la sécurité juridique, sont des questions instruites dans le cadre de la Fondation pour la recherche en biodiversité.

Retrouver les vidéos et publications du Carrefour