• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Rencontres Recherche Ruminants 2016. L'élevage, questions de société, questions de recherche

Les XXIIIe Rencontres Recherche Ruminants, organisées par l’Inra et l’Institut de l’élevage (Idele) les 8-9 décembre 2016 à Paris, témoignent de la diversité des recherches et de l’innovation dans ce domaine. En introduisant ces journées, Philippe Mauguin, PDG de l’Inra, a rappelé le rôle essentiel de l’élevage pour nos économies, nos sociétés et notre environnement ainsi que la nécessité de recherches et innovations pour réduire ses impacts, éclairer le débat public et optimiser tous les services qu’il rend.

Journées Rencontres Recherche Ruminants 2016, ouverture avec Philippe Mauguin, PDG Inra (au centre) et Joël Merceron, DG Idele (à droite). © Idele
Mis à jour le 09/12/2016
Publié le 08/12/2016

Pas d’agriculture durable sans élevage

« Il n’y a pas d’agriculture durable sans élevage » a déclaré d’emblée Philippe Mauguin. L’élevage est en effet un acteur majeur des dynamiques territoriales, il contribue à valoriser de nombreuses régions aux conditions climatiques et topographiques difficiles et à entretenir des paysages ouverts et diversifiés qui font partie intégrante de notre patrimoine culturel. Il représente également un gisement d’emplois important : en ne considérant que les ruminants, il compte 701 000 équivalents temps plein en France, dont 309 000 travaillant sur les élevages et 392 000 dans les autres secteurs. Avec plus de 1 000 fromages, des viandes sous label ou appellations d’origine, ses productions font partie de notre patrimoine gastronomique.

Travailler sur les impacts de l’élevage

L’élevage est aussi un maillon essentiel d'une agriculture durable : il permet de valoriser les co-produits de productions végétales – qui sinon deviendraient des déchets – et contribue à la production de protéines (60 % des protéines de nos régimes alimentaires en Europe) en valorisant les prairies, parcours, etc. qui sont un réservoir de biodiversité. Ses effluents représentent une source de matière organique indispensable à la fertilité des sols et un gisement d’azote et de phosphore qu’il convient de mieux valoriser pour réduire les besoins en engrais de synthèse. « Pour autant, il ne faut pas ignorer les impacts de l’élevage » a rappelé Philippe Mauguin. Mais s'il est émetteur de gaz à effet de serre (GES), l’élevage est également un acteur de solutions pour le climat. Les émissions de GES par les ruminants ont été réduites de 15 % depuis 1990 d’après les évaluations réalisées par l’Idele et une réduction de 20 % peut être obtenue d’ici 10 ans. Dix mesures ont été identifiées dans une étude de l’Inra pour y parvenir, dont certaines réduisent en même temps les coûts de production, comme l’utilisation accrue de légumineuses. Le bien-être animal et l’éthique animale sont un enjeu majeur pour l’avenir des filières et font également l’objet de recherches Inra. Enfin, réduire l’utilisation d’antibiotiques en élevage est un enjeu de santé publique et un thème important de recherche en santé animale.

Éclairer les débats

Le 30 novembre dernier, l’Inra a livré et mis en débat un important travail d’expertise scientifique collective sur l’élevage européen. Cette expertise montre qu’il n’est pas possible de trancher des questions majeures liées aux impacts de l’élevage sur l’environnement par des réponses simples et uniques. Mais aussi, que les bouquets de service fournis par les élevages sont diversifiés et différemment organisés selon les caractéristiques des territoires. Pour Philippe Mauguin « Face à cette complexité, nos travaux doivent s’inscrire dans un double cadre de pensée » : celui de l’agroécologie, qui permet de conjuguer production agricole et protection des ressources naturelles en intégrant les processus écologiques et la biodiversité, et celui de la « bioéconomie circulaire » pour une agriculture plus efficiente. L’élevage du futur sera également transformé par les technologies de l’élevage de précision et le développement du numérique qui vont contribuer à améliorer l’ensemble de ses performances. Le rôle de la recherche est aussi d’éclairer le débat public : Philippe Mauguin a annoncé un événement, organisé en 2017 avec le WUR, pour éclairer le débat concernant l’élevage autour de trois grandes questions : le bien-être animal, l’élevage comme acteur de solutions climat et les nouvelles biotechnologies.

Développer les connaissances et les innovations

Pour apporter des réponses à ces grands enjeux, réfléchir à la chaine de valeur et à l’apport de la diversité des élevages à la résilience des territoires et des filières, la recherche doit collaborer avec les professionnels : coopératives, organismes de développement et de conseil, éleveurs. L’Inra et l’Idele coopèrent de très longue date, 6 UMT sont aujourd’hui devenues des pôles de compétences reconnus des acteurs des filières ruminants. L’Inra et l’Idele sont aussi partenaires d’un grand nombre de RMT. En conclusion de son intervention, Philippe Mauguin invite à développer les échanges d’expériences en organisant chaque année des carrefours de l’innovation dans les filières ruminants pour donner la parole à des éleveurs qui expérimentent des voies nouvelles et favoriser les échanges entre acteurs de filières et acteurs de la recherche. Les journées 3R feraient alors place plus importante à des rapports de synthèse.
 

En savoir plus

Les journées Rencontres Recherche Ruminants

Organisées depuis 23 ans conjointement par l’Inra et l’Idele, elles rencontrent un succès qui ne se dément pas, rassemblant entre 850 et 900 participants sur les deux jours.

Les vidéos des 3R 2016 seront prochainement disponibles.

A propos de

Expertise scientifique collective sur les élevages européens

À la demande des ministères en charge de l’Écologie et de l’Agriculture, et de l’Ademe, l’Inra a conduit une expertise scientifique collective sur les systèmes d’élevage européens et leurs produits. Leurs rôles,  leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux, ainsi que les services  marchands ou non marchands qu’ils rendent à la société ont été analysés sur la base d’un important travail de synthèse bibliographique internationale. Les résultats, qui suggèrent aussi des leviers d’action pour les différents systèmes d’élevage, sont présentés et mis en débat lors d’un colloque le 30 novembre 2016 à Paris.

> Documents et vidéos de l'expertise

Cette expertise a capitalisé les travaux d'expertises, de prospective ou études précédentes :

  • Valorisation des effluents d'élevage, boues et matières organiques
    Lire >
  • Flux d'azote en élevage
    Lire >
  • Avenir des filières viande du Massif central à l'horizon 2050
    Lire >
  • 10 actions pour réduire les émissions de GES agricoles
    Lire >