• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Sept projets portés par l’Inra sélectionnés pour la seconde vague des investissements d’avenir

À l'occasion d'une visite au salon de l'agriculture le 28 février 2012, Bruno Le Maire, ministre en charge de l'Agriculture, Laurent Wauquiez, ministre en charge de la Recherche, et Philippe Bouyoux, Commissaire général adjoint à l'Investissement ont dévoilé les huit projets lauréats de la seconde vague de l'appel à projets "Biotechnologies et Bioressources". Sept d’entre eux sont portés par l’Inra.

Investissements d'avenir. © inra
Mis à jour le 21/01/2013
Publié le 01/03/2012

Cet appel à projets, dont la gestion a été confiée à l'Agence nationale de la recherche (ANR), s'inscrit dans l'action "Santé et Biotechnologies" du Programme d'Investissements d'Avenir dotée de 1,5 milliard d'euros pour faire émerger une bio-économie basée sur la connaissance du vivant et sur de nouvelles valorisations des ressources biologiques renouvelables.

Le comité de pilotage a sélectionné huit projets, dont sept impliquent fortement l’Inra :

  • 4 projets concernent des plantes cultivées majeures, le colza, le tournesol, le pois et la betterave avec les projets RAPSODYN, SUNRISE, PeaMUST et AKER.
    • RAPSODYN cherche à optimiser les rendements de colza, avec moins d’engrais azoté. Coordonné par Nathalie Nesi, UMR IGEPP, Inra Rennes, il est financé par l’ANR pour 6 M €.
    • SUNRISE a pour objectif d’améliorer la production en huile des cultures de tournesol en conditions de manque d’eau. Coordonné par Patrick Vincourt, UMR LIPM, Inra Toulouse, le financement octroyé est de 7 M €.
    • PeaMUST vise à stabiliser le rendement et la qualité des graines de pois, source de protéine pour l’alimentation animale. Il est coordonné par Judith Burstin, UMR Leg, Inra Dijon, le financement accordé est de 5 M €.
    • AKER, coordonné par Christian Huyghe, Inra Paris, vise à augmenter le rendement en sucre de la betterave avec des variétés ayant de meilleures capacités d’adaptation et de résistance. Le financement accordé est de 5 M €.
  • Le projet GENIUS concerne le développement de nouvelles technologies pour sélectionner des variétés plus résistantes, moins polluantes, et mieux adaptées aux besoins des consommateurs. Coordonné par Peter Rogowsky, UMR RDP, Inra Lyon, il s’est vu accorder un financement de 6 M €.
  • Le projet BFF porte sur des nouvelles cultures de plantes (comme le miscanthus et le sorgho) pour  les utiliser par exemple  dans la combustion, la méthanisation, des matériaux de construction ou des bioplastiques, plutôt que d'avoir recours aux matières premières émettrices de gaz à effet de serre. Coordonné par Hermann Höfte, UMR IJPB, Inra Versailles, il s’est vu octroyer un financement de 10 M €. > En savoir plus sur ce projet
  • Le projet PROBIO-3 concerne les biotechnologies industrielles avec le développement de la production de biocarburants pour l'industrie aéronautique pour une meilleure protection de l'environnement. Coordonné par Carole Jouve, UMR LISBP, Inra Toulouse, il lui a été accordé un financement de 8 M €.

Au cours du mois de février 2012, d’autres succès ont été enregistrés par l’Inra dans les autres appels à projets de la seconde vague des investissements d’avenir :

  • Un démonstrateur Métagénopolis (MGP), coordonné par Dusko Ehrlich, Micalis, Inra Jouy-en-Josas. Il vise à démontrer l'impact du microbiote intestinal humain sur la santé et la maladie.
  • Deux infrastructures nationales de recherche sont coordonnées par l’Inra : le Centre de ressources biologiques sur les animaux domestiques (CRB Animal), coordonné par Michèle Tixier-Boichard, Inra Jouy-en-Josas, et le Centre français de Phénomique (Phenome), coordonné par François Tardieu, UMR Lepse, Inra Montpellier. Trois autres projets lauréats impliquent l’Inra, ANAEES, infrastructure développée sur tout le territoire (en appui au projet ESFRI ANAEE porté par l’Inra), E-Recolnat aux Antilles et TEFOR en Ile-de-France. Enfin, le jury a demandé à deux projets, MetaboHub et ReNaBi-IFB de resoumettre leur dossier pour un résultat qui sera donné mi-mars. Avec les 2 infrastructures nationales retenues au 1er appel, l’Inra coordonne ainsi deux infrastructures et il est partenaire de cinq autres projets.
  • L’Inra est maintenant associé à quatre Idex (initiatives d’excellence) : Bordeaux, sélectionné lors du premier appel des Investissements d'Avenir, et MarseilleA*Midex, Saclay IPS et Toulouse, qui font partie des cinq Idex sélectionnés lors du deuxième appel.
  • Neuf Labex (Laboratoires d’excellence) associent l’Inra : ARBRE Recherches avancées sur la biologie de l'arbre et les écosystèmes forestiers (Nancy), BASC (Biodiversité, Agroécosystèmes, Société, Climat) à Saclay, ECOFECT Approche intégrée de virologie et d'épidémiologie-écologie dans la compréhension des maladies infectieuses à Lyon et Clermont, IAM-TSE École d’économie de Toulouse : incitations, acteurs et marchés, nouveaux paradigmes pour la régulation des marchés et les politiques publiques à Toulouse, LipSTIC Lipoprotéines et santé, prévention et traitement des maladies inflammatoires non vasculaires et du cancer à Dijon, OT-Med Objectif terre : bassin Méditerranéen, SERENADE Safer and Ecodesign Research and Education applied to NAnomaterial Development, SIGNALIFE Réseau d’innovation sur les voies de signalisation en Sciences de la Vie en PACA et SMS/SSW Structuration des mondes sociaux (réseaux, régulations, dispositifs, territoires) à Toulouse. Ce qui avec les sept de la première vague porte à seize le nombre de Labex qui impliquent des équipes de recherche Inra.

En décembre dernier, quatre équipex, dans lesquels l'Inra est partenaire, étaient sélectionnés dans le cadre de la deuxième vague : Anifimip à Toulouse, MIGA en PACA, CRITEX et Morphoscope2 (Saclay), s'ajoutant aux deux sélectionnés lors de première vague Xyloforest, coordonné par l'Inra, et Aster, duquel l'Inra est partenaire.