• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Une feuille de route européenne pour lutter contre Xylella fastidiosa

Philippe Mauguin, PDG Inra, est intervenu lors d'une réunion organisée le 1er décembre dernier par Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la Santé. Ils ont réuni à Paris les 10 États membres les plus concernés par le danger majeur pour les végétaux que constitue Xylella fastidiosa. Une feuille de route a été établie pour renforcer au niveau européen les mesures de prévention et de lutte contre la maladie.

Réunion européenne autour de Xylella fastidiosa, le 1er décembre 2017. © Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, SAIDOU Cheick
Mis à jour le 15/12/2017
Publié le 12/12/2017

Médiatisée comme la « bactérie tueuse d’oliviers », Xylella fastidiosa peut s’attaquer à une large palette de végétaux, en général contaminés à la faveur de piqures d’insectes tels que les cicadelles transportant la bactérie. X. fastidiosa peut alors provoquer le dépérissement des végétaux attaqués, voire leur mort. Identifiée pour la première fois en Europe en 2013, X. fastidiosa est actuellement présente dans plusieurs États dont la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie où elle a provoqué des dégâts considérables dans les oliveraies.

Depuis 2013, l’Inra apporte son expertise en santé des plantes pour développer les connaissances scientifiques, les outils nécessaires et un dispositif de réaction rapide pour lutter contre X. fastidiosa. L'intervention de Philippe Mauguin lors de la réunion du 1er décembre 2017 a porté sur le dispositif de recherche et les recherches conduites à l'Inra, en épidémiologie (BioSP, Inra PACA), en bactériologie (IRHS, Inra Pays de la Loire) et sur les insectes vecteurs (CBGP, Inra Occitanie Montpellier). La mobilisation des équipes Inra sur le sujet, rapide et intense, a déjà permis des avancées majeures dans la compréhension de l'épidémie. Les progrès réalisés vont faciliter la surveillance et déboucher sur des mesures améliorées de prophylaxie.  

Lors de cette réunion, les ministres européens réunis (Croatie, Chypre, France, Allemagne, Italie, Malte, Portugal, Slovénie, Espagne, Grèce) et la Commission européenne ont exprimé leur engagement collectif dans la lutte contre Xylella fastidiosa en adoptant une feuille de route ambitieuse pour la maîtrise de la maladie. Les grands axes en sont :

  • l’amélioration des connaissances par le soutien de programme de recherche appliquée,
  • le renforcement de la surveillance pour assurer la détection précoce et l’éradication rapide des éventuels nouveaux foyers,
  • le renforcement des actions de sensibilisation et d'information.

le communiqué du ministère >

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Santé des plantes et environnement
Olivier atteint par Xylella fastidiosa. © Inra, MA Jacques

L'interview

Le point sur Xylella

La bactérie Xylella fastidiosa, pathogène de nombreuses plantes, a été identifiée en 2016 aux Baléares et en Allemagne. Plus les recherches sur l’identification des sous-espèces, des souches et des hôtes progressent, plus l’hypothèse que la bactérie était présente en Méditerranée avant 2012 semble se confirmer. Cela signifierait que Xylella, malgré sa capacité à s’adapter à ses hôtes et évoluer, n’a pas une expansion aussi rapide qu’on le croyait. Une bonne nouvelle.

Lire l'article >

Polygala myrtifolia, polygale à feuille de myrte. Arbuste d'ornement sur lequel a été identifiée la bactérie Xylella fastidiosa en 2015 en Corse. © Wikimedia commons, Yellow cat & A Barra

Le dossier

Xylella fastidiosa, la recherche mobilisée

La bactérie Xylella fastidiosa fait l’objet de nombreuses recherches dans son aire d’origine, les Amériques. Depuis 2013, l’Inra apporte son expertise en santé des plantes pour développer les connaissances scientifiques, les outils nécessaires et un dispositif de réaction rapide pour lutter contre X. fastidiosa.

Lire le dossier >